Tout le pays pleure

Publié le par danilette

Extraits de l'article paru dans Israël Hayom http://www.israelhayom.co.il/

http://digital-edition.israelhayom.co.il/Olive/ODE/Israel/Default.aspx?href=ITD%2F2011%2F03%2F14

25 000 personnes ont accompagné dans un lourd silence de plomb, insupportable, les cinq membres de la famille Fogel Z"L, personne n'a pu retenir ses larmes quand le père de Ruth, le rabbin Yehuda Ben Yichai a dit dans un sanglot : "Âmes pures, Justes du fondement de la création, aimés, saints, mes chers enfants, au revoir". 



Le Premier ministre, venu présenter ses condoléances, a dit : "eux, ils assassinent, ils détruisent et nous nous construisons"

Parmi les milliers de personnes, il n'y avait pas seulement des étudiants de yéchiva, des soldats des yéchivot hesder et des habitants des implantations mais des citoyens de toutes les nuances de la population qui ont ressenti le besoin émotionnel de venir se séparer de la famille Fogel de mémoire bénie, de la communauté d'Itamar.

Le Grand rabbin Yona Metzger a déclaré : "les assassins ne réussiront pas à nous briser, au contraire ils nous unissent, aujourd'hui il n'y a personne de droite ou de gauche, nous sommes unis, personne ne peut rester indifférent"

Le rav Meir Lau, ancien Grand rabbin d’Israël a fait un lien entre l'assassinat d'1 million et demie d'enfants juifs dans la Choa et les 3 enfants massacrés d'Itamar : "Il s'est écoulé 66 ans depuis la Choa, nous avons crée notre état, proclamé notre indépendance et construit une armée magnifique mais pourtant aujourd'hui encore l'horreur n'a pas cessé, des flots de sang continuent de couler, nous nous sentons impuissants et envahis d'un sentiment qu'aucun mot ne peut exprimer". 

Hillel Ben Yichaï, le frère de Ruth  a dit en sanglotant : "combien j'ai espéré tout le Chabbat que ça ne soit pas vous ; Ruthi et Udi, vous avez vécu chaque seconde de votre vie reliés à la Thora et à la Gmilout Hassadim (actes d'amour et de bonté), vous êtes à moitié des anges et à moitié des hommes "

Le rabbin Ehoud : "Udi, mon saint beau-frère ; Yoav un juste, saint, pur ; Elad, saint, pur, doux ; Hadas, douce, douce, sainte ; Ruthi et Udi mes super. Peuple d'Israël, apprenez à comprendre qui est Ruthi, qui est Udi, des Saints d'un monde supérieur, apprenez à savoir qui est Yoav, un saint pur "

Motti Fogel, le frère d'Udi a dit avec une douleur indicible : "si je pouvais, je ferais partir tous les gens présents, je t'enlacerai et je te chuchoterai : viens nous allons jouer au foot pour la dernière fois ; 

Le Premier ministre Netanyahou a rendu visite aux familles Fogel et Ben Yichaï :"nous ne sommes pas idiots, nous comprenons très bien avec qui nous avons affaire. Un enfant lui a demandé (voir la vidéo ci-dessous) : "que va-t-il se passer si vous faites quelque chose mais que l'Amérique à son tour vous fait quelque chose ?" Netanyahou a répondu : "eux ce sont des assassins qui détruisent et nous nous construisons, nous continuerons à construire notre pays, tout le monde réagit à cet acte criminel en disant "assez, ça suffit", nous attraperons ces criminels qui ne sont pas des hommes mais des bêtes sauvages"

Tamar, la fille aînée de 12 ans qui a perdu ses parents et trois frères et soeurs était incapable de s'approcher des tombes toutes fraîches après avoir découvert les corps ensanglantés l'avant-veille, elle est restée dans une voiture, blottie dans les bras de ses amis et n'a pas cessé de sangloter. Les plus jeunes ont du mal à comprendre ce qui est arrivé à leurs parents, le bambin de 2 ans n'a toujours pas posé de questions.

Plusieurs heures après les funérailles résonnent encore les mots du Rabbin Ben Yichai, qui sont sortis de son coeur et emplissent nos coeurs, des mots prononcés avec une retenue d'une grande noblesse : "Nous ne nous séparons pas de vous car vous viendrez nous rendre visite comme des anges purs. Ribbono Chel Olam, Créateur du Monde, accepte de prendre notre douleur comme expiation, crois-moi, ils t'ont donné beaucoup, beaucoup, beaucoup. Déverse sur nous des forces de lumière et anéantis les ténèbres, Créateur du Monde, tu connais très bien ceux que tu as pris avec toi, tu connais la mélodie qu'ils font désormais entendre aux cieux, "Eschet Hayl mi yimtsa" c'est Ruthi, "Noda bechearim" c'est Udi ; mes chers enfants, au revoir"

La maison Fogel est déserte, un silence de mort entoure l'endroit, sur la porte d'entrée est encore accroché le panneau des habitants de la communauté qui avaient écrit : "A la famille Fogel, Mazal Tov pour la naissance d'Hadass, la famille d'Itamar"

Adapté de l'hébreu par Danilette

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article