"Tout se joue à Ryad", a déclaré le Dr Kedar hier à la télévision israélienne

Publié le par danilette

Mordechai Kedar était invité hier sur la 2ème chaine israélienne en compagnie de Guershon Baskin, grand militant pacifique et impliqué dans des négociations secrètes avec le Hamas.

Voici la transcription de son intervention que vous pouvez suivre en hébreu ci-dessous. Son intervention débute à 11'18"

 

Le journaliste : vous connaissez tous les deux très bien le Hamas, de l'intérieur et j'aimerais que vous nous expliquiez ce qui se passe chez les hommes du Hamas et où ils vont ?

Dr Kedar, si vous étiez le Général Sissi, que diriez-vous aux représentants du Hamas qui se trouvent en ce moment au Caire pour les négociations ?

Mordechai Kedar : j'ai une nouvelle pour vous, Oded, le drame réel ne se déroule pas à Gaza ni au Caire mais à Ryad où l'Emir du Qatar, le Sheikh Tamid Ben Hamad Ben Kalifa Al Tani est venu pour lui demander la grâce du Hamas. Il a compris que toute la structure du Hamas, qu'il a soutenu est en train de s'écrouler face à la détermination et l'unité [ha'hdout] des Israéliens. Il est allé à Canossa [faire acte de contrition], supplier le Roi d'Arabie Saoudite qui est le grand soutien de l'Egypte et qui soutient aussi de façon détourné Israël, d'alléger les pressions sur le Hamas.

La guerre a duré 34 jours et cela a permis au Hamas de prouver qu'il a été capable de tenir plus que le Hezbollah en 2006 qui lui n'avait tenu que 33 jours face à la « machine de guerre sioniste » comme ils l'appellent. Après que le Hamas ait été capable de montrer au monde entier qu'il est capable de tenir plus longtemps que le Hezbollah, il est donc possible à l'Emir du Qatar d'aller maintenant demander au roi d'Arabie Saoudite de sauver le Hamas. C'est une information qui a été publiée aujourd'hui sur la chaine Al Mayadeen et sur (D.news ?), un autre site arabe et d'après moi, c'est une information à prendre au sérieux car elle mettra un terme à ce conflit, du moins jusqu'à la prochaine fois.

Le Hamas est-il à genoux ?

Guershon Baskin : je ne pense pas qu'il soit à genoux mais je suis d'accord avec Moti kedar et j'ai déjà dit hier soir dans ce même studio que la clé du problème se trouve à Riyad, demain la Ligue arabe se réunit au Caire et il y a peut-être une possibilité pour passer par-dessus le Hamas et aboutir à un accord régional qui est beaucoup plus important pour l'État d'Israël et la suite de notre existence dans cette région dans laquelle nous voulons voir un jour plus de stabilité et plus de sécurité.

Si la trêve se poursuit et que les deux côtés, Israël et les Palestiniens commencent des négociations, pensez-vous qu'il y ait une possibilité pour que le Hamas accepte les assurances israéliennes en vue d'aboutir à un accord ?

M. K. : Je pense que des deux côtés, la confiance n'existe pas et donc c'est à Israël seul, face au Hamas à Gaza de fonder son futur sur la dissuasion.  Je voudrais commenter une info qui est passée chez vous il y a quelques minutes, une de vos speakerines dont je ne me souviens pas du nom et je m'en excuse, a dit que plusieurs obus sont tombés sur un terrain vague et qu'ils n'ont entraîné aucun dommage.

Oded, voici la racine du problème, car la chute de ces obus entraîne des dommages terribles et immenses sur la souveraineté d'Israël. Et c'est ça le problème parce que nous baissons la tête quand un obus tombe dans un terrain vague et soi-disant n'entraîne ni dommage ni blessés. Mais il y a un blessé, c'est la souveraineté d'Israël et si Israël donnait une leçon à ceux qui nous tirent dessus en leur montrant que nous considérons chaque obus tiré comme si c'était un obus qui avait touché une école maternelle, alors on commencerait à percevoir un changement.

Que peut-on faire, le Moyen-Orient est rempli d'organisations comme Daash, le Front al Nusrah, Al Qaïda etc. et le Hamas ne fait pas moins partie de cette liste, par conséquent seule une vraie dissuasion peut nous permettre de tenir bon dans cette région de manière satisfaisante.

Baskin, pensez-vous qu'il soit possible de maintenir un canal de dialogue entre nous et le Hamas ?

G. B. : Non, je ne pense pas que cela soit possible mais contrairement à Moti je ne pense pas qu'il soit possible d'avoir un moyen de dissuasion effectif face au Hamas. A mon avis ce qu'il faudrait faire, par l'entremise de la Ligue Arabe, ça serait d'envoyer une force armée arabe à Gaza avec le soutien d'Abou Mazen (Mahmoud Abbas] et de la Ligue Arabe qui pourrait se confronter au Hamas qui ne pourrait plus se comporter avec cette force arabe comme il croit qu'il peut le faire avec Israël.

Vous voyez donc tous les deux la fin de ce conflit... vous voulez rajouter quelque chose kedar ?

M. K. : je ne suis absolument pas d'accord, quoi une force libyenne ou soudanaise ?

G. B. : non non non, Moti, nous parlons d'une force (de coalition) égyptienne, jordanienne, saoudienne, peut-être avec une participation d'Abou Mazen, une force des pays sunnites modérés qui pourra faire de l'ordre et je pense aussi que cela serait une réponse positive de la part d'Israël à l'initiative de paix arabe, je sais que vous n'êtes pas d'accord

M. K. : ils vont verser le sang de leurs soldats... vous pensez qu'ils vont accepter de mettre leurs soldats à l'intérieur des tunnels de Gaza ? Est-ce que vous savez ce qui se passe là-bas ? Des centaines de soldats y trouveront la mort avant de sortir le dernier missile des mains du Hamas ! Ni les Egyptiens, ni les Saoudiens ni personne ne pourront faire cela ! Et dans ce domaine nous avons déjà donné comme quand on pensait que d'autres pouvaient faire notre travail à notre place, se battre contre le Hamas « sans la cour suprême et sans B tsélem »*, ça n'a pas fonctionné, ça ne fonctionne pas et ça ne fonctionnera pas.

Je me souviens de cettre phrase prononcée par Itshak Rabin et rien n'a changé même après presque 20 ans.

Transcrit par Danilette

 

* allusion à une célèbre phrase d'Itshak Rabin qui pensait qu'Arafat (OLP) allait combattre le Hamas plus librement, sans les entraves juridiques d'un pays démocratiques comme Israël avec sa Cour suprême et ses ong pro-palestiniennes


Aller à 11'18" :

Publié dans Mordechai Kedar

Commenter cet article