Très tôt, j'ai appris que les fous doivent être pris au sérieux. C'est précisément parce qu'ils sont fous qu'ils mettent leurs menaces à exécution, Ester Jungreis

Publié le par danilette

Je remets en ligne cet article de juin 2011

  Rebbetzin Ester Jungreis

 

"Priorities For Our People In A Dangerous World"

Le monde est redevenu une jungle barbare. Les bêtes féroces sont prêtes à bondir sur Israël. En tant que survivante de l'holocauste, il y a déjà longtemps que je sens les mêmes fumées nocives d'avant l'holocauste qui ont fini par engloutir l'Europe, mais personne ne veut y prêter attention. Il est toujours plus facile d'écarter les avertissements en les mettant sur le compte d'une paranoïa infondée ou des esprits traumatisés de ceux qui ont survécu à cet enfer sur terre.

Oui, je suis une de ces survivantes et il est vrai que mon cœur et mon esprit sont à jamais marqués. Mais malgré ces cicatrices très profondes, mon âme s'envole vers les hauteurs, imprégnée de foi, foi en notre peuple et notre capacité à nous réinventer et recréer les bastions de la Torah qui parsemaient autrefois les Shtetls et les villes d'Europe de l'Est.

Peu de temps après notre libération de Bergen-Belsen, mon saint père, Le Rav HaGaon haTsadik Avraham Halévi Jungreis, zt"l, a reçu l'indicible nouvelle qu'à l'exception de sa sœur, toute sa famille avait été assassinée à Auschwitz. Mon Zeide [grand-père], ma Bubba [grand-mère], mes tantes, mes oncles et leurs bébés innocents à qui on n’a pas donné la chance de vivre, tous avaient disparu.

Mon père était le fils unique, le seul fils vivant de la dynastie rabbinique glorieuse de mon grand-père. Et maintenant, les larmes coulaient le long du saint visage de mon père, des larmes qui auraient pu remplir des rivières et des océans mais même au milieu de ses larmes, la voix de mon père se fit entendre claire et forte : «Lichtige kinderlach, mes lumières précieuses, nous allons reconstruire la Torah de nos grands-pères ».

Et à partir de ce moment, mon père ne s'est jamais reposé. Partout où les voyages de la vie l’ont emmené, il a créé de nouvelles enclaves de la Torah et du Yiddishkeit et il nous a transmis à nous, ses enfants la même mission.

Regardez ce qui se passe devant nos yeux. Israël est entouré d'ennemis qui ont un objectif commun : le rayer de la carte. Et le monde semble n'avoir aucun problème avec cette idée.

Je connais les arguments de ceux qui vont protester : « c'est ridicule ! Ces déclarations n'ont pas de base ou de fondation. C'est seulement Ahmadinejad et il est fou ! »

Ces mots ont une résonnance familière : « c'est seulement Hitler et il est fou ! »

Très tôt, j'ai appris que les fous doivent être pris au sérieux. C'est précisément parce qu'ils sont fous qu'ils mettent leurs menaces à exécution. Quand Ahmadinejad proclame qu'il va rayer Israël de la carte, ce ne sont pas des mots creux. Il n’est pas le seul à avoir cette obsession. Tous les voisins d'Israël partagent le même objectif et sont ouverts à cette idée. Ils ne ressentent pas un seul instant le besoin de cacher leur programme, ils le crient au monde et empoisonnent leurs enfants et petits-enfants avec.

« Eux aussi sont fous », « il y aura certainement des protestations », au XXIe siècle, le monde n'acceptera jamais une telle horreur ».

J'aimerais beaucoup y croire mais le climat international est devenu tellement empoisonné que dans l'atmosphère actuelle, il est tout à fait acceptable de diaboliser Israël et de chercher à le faire disparaître.

Bien sûr, les gens civilisés, épris de liberté n'oseraient jamais exprimer une telle intention malveillante, et peut-être qu'ils se trompent eux-mêmes en pensant que c'est très loin de leur façon de penser. Ils désirent juste apporter la paix à un environnement ravagé par la guerre et c'est le sort des arabes opprimés qui motivent leurs protestations et les oblige encore et encore à protester contre Israël et sa stratégie d'oppression néonazie ».

Nous sommes les témoins non pas d'un printemps arabe mais d'une tempête arabe, une tempête destinée à nettoyer la planète d'Israël.

Durant la guerre du Liban, je suis allé dans ce pays avec une équipe de tournage de film. Nous sommes arrivés dans un village chrétien que des Musulmans avaient saccagé en égorgeant tous ses habitants. Les crânes des chrétiens qui avaient été décapités étaient utilisés par les Musulmans pour jouer au foot et pourtant le monde et le Vatican sont restés silencieux. Essayez d'imaginer ce qui se serait passé si Israël avait perpétré des actes aussi sataniques. Le monde se serait embrasé, l'ONU aurait convoqué une session spéciale demandant la condamnation d'Israël et probablement son éviction.

Lire l’article complet en anglais


 

"Can It Be?" 

Il y a quelques années, je suis tombée sur un journal juif polonais publié au début des années trente. C'était l'époque où les vents de l'antisémitisme soufflaient avec force sur l'Europe, particulièrement en Pologne. J'ai cherché dans chaque page du journal et j'ai été consternée de ne pas trouver la moindre ligne sur la tragédie qui se profilait pour le Peuple juif.

Les articles étaient axés sur le théâtre yiddish, les conseils pour des problèmes personnels et en général des nouvelles sans aucune importance.

Nous voici des décennies plus tard, et de quoi parlent les médias en ce moment ? De politiciens empêtrés dans des scandales avilissants, du procès de l'assassinat barbare d'une petite fille supposée avoir été commis par sa propre mère etc. Jetez un regard objectif sur la société américaine et vous trouverez une culture insipide, décadente, la désintégration de la vie familiale, la faillite d’un gouvernement, une économie brisée.

C'est dans ce contexte que se dessine la plus grande menace à laquelle le Peuple juif est confronté et dont l'échéance se rapproche à vive allure.

Il s’agit de l’existence même de notre État juif qui est suspendue à un fil. Ce qu’Hitler a mis plusieurs années à accomplir peut désormais, à Dieu ne plaise, se faire en quelques minutes en appuyant sur le bouton nucléaire.

Je sais que certains partagent mes craintes mais la grande majorité des gens refuse d'entendre, de voir, de comprendre. Si dans l'Europe d'avant l'Holocauste, il était plus commode d'ignorer la réalité, aujourd'hui les gens choisissent de détourner leur regard de ce qui est en train de se passer sous leurs yeux. Les gens se rassurent mutuellement en pensant que si la situation se gâtait, les Américains n'abandonneraient jamais Israël, l'Amérique ne perdrait pas son sens de l'orientation et continuerait à défendre la cause de la liberté. Ils mettent en avant l'assassinat de Ben Laden pour se convaincre que tout va bien.

J'invite ces personnes à retirer pour un instant leurs lunettes roses. Essayez de comprendre ce qui est en train de se jouer devant vos yeux. Oui, Ben Laden a été pris mais avait-il encore une importance majeure ? C’est la vraie question. Aujourd'hui, de nouveaux gangsters l’ont remplacé mais il est tragique que nous refusions de les identifier. Les États-Unis et l'OTAN pointent du doigt Kadhafi mais Kadhafi est devenu un acteur mineur. Les vrais tueurs sont ignorés ou bien ils reçoivent un laissez-passer.

Regardez ce qui se passe en Syrie où les autorités torturent et tuent leur propre peuple. Imaginez maintenant ce qu'ils feraient aux Juifs s'ils en avaient l'occasion. Cela est vrai non seulement pour la Syrie mais pour d'autres pays arabes. Et pourtant le monde accueillent favorablement des nouveaux tueurs et assimile les foules révolutionnaires du « Printemps arabe » à des libérateurs.

Regardez la révolution en Égypte. Comme je l'ai noté dans un précédent article, les manifestants égyptiens sont considérés par beaucoup comme l’emblème du Printemps arabe. Mais ces mêmes foules égyptiennes ont attaqué sauvagement une journaliste correspondante de CBS au cri de : « Juive ! Juive ! » et ont sauvagement attaqué leurs concitoyens chrétiens ainsi que leurs églises.

Il y a aussi l'Iran. Récemment, des Iraniens courageux ont pris leur destin en main et se sont rebellés contre Ahmadinejad et son gouvernement totalitaire mais ont été rapidement réprimés avec force. Là encore le silence du monde a été assourdissant.

Il ne faut pas s'inquiéter, nous dit-on, Ben Laden a été  tué et nous pilonnons la Libye. Il n'y a aucune raison de ne pas être confiant en l'avenir.

Mais si vous aimez vraiment votre peuple et êtes prêt à ouvrir les yeux sur la réalité, vous allez frémir. Tandis que l'Amérique est occupée avec ses scandales et que l'Occident tombe sous l'emprise croissante de sa population musulmane, Ahmadinejad brasse de l'uranium enrichi, la potion magique destinée à anéantir Israël.

Ceux qui savent, sont conscients qu’il ne s’agit pas d’une spéculation aveugle mais bien d’une réalité tragique et dure. Ce qui est encore plus tragique, c'est qu'il n'y a personne pour arrêter Ahmadinejad. Les États-Unis n'attaqueront pas l'Iran et Israël ne peut pas le faire seul.

Alors que pouvons-nous faire ?

Nous Juifs,  savons que tout vient de Hachem, que D.ieu dirige et contrôle les cœurs des rois et des chefs. Nous Juifs, savons  que « toutes les souffrances qui sont infligées à l'humanité sont envoyées pour réveiller notre peuple ». Oui, il s'agit d'un appel pour sortir de notre torpeur et retourner à notre alliance, à D.ieu lui-même.

En lisant ces lignes, il y a ceux qui vont sourire avec indulgence ou sarcasme et dire : « toujours le même refrain, ces Juifs religieux  ! » Mais je leur souris en retour et leur réponds :

« Dites-moi, si vous le pouvez, comment est-ce possible autrement que par l'intervention divine que nous, un minuscule petit peuple insignifiant, dispersé à travers le monde, torturé et opprimé, ayons survécu aux assauts féroces des Nations ? Comment avons-nous été témoin de l'ascension et de la chute de grands empires qui avaient juré de nous anéantir alors que nous sommes toujours là, plus vivants que jamais  ? »

Alors, pourquoi suis-je inquiète ?

Car même si je crois de tout mon cœur, de toute mon âme que l'alliance de D.ieu avec notre peuple est éternelle  et ne sera jamais rompue, je sais aussi qu'il y a un prix terrible à payer si cette alliance n'est pas préservée et conservée.

Chaque matin dans le camp de Bergen-Belsen, alors que je me tenais debout pour l'appel, je me demandais si j'allais survivre mais mon saint père, Harav HaGaon HaTsaddik Avraham Halévi Jungreis, zt"l, m'avait enveloppée de sa foi et je savais sans l'ombre d'un doute que Am Yisraël Hai, que le Peuple juif allait vivre et s'épanouir.

Cependant, je savais aussi que nous connaissions des souffrances qu'aucune autre nation n'a jamais connues (et je n’imaginais pas le bilan final de cette souffrance, 6 millions de Juifs morts).

C'est pour cette raison que je prends ma plume. C'est pour cette raison que je crie dans l'espoir que les gens m'entendent et embrassent à nouveau l'alliance divine.

À ceux qui me demandent, « que dites-vous de tous ces Juifs religieux qui ont péri dans l'Holocauste » ? Je répondrai simplement ce qui est écrit : « et chaque homme chutera à cause de son frère ».

Nous sommes une nation embarquée sur un même navire ; si un homme perce un trou sous son siège c'est tout le navire qui va sombrer.

Si vous êtes juif, faites une bonne introspection et demandez-vous, en ce temps de crise alors que nous arrivons au chapitre final de l'histoire juive, avant l'arrivée du Messie : « suis-je parmi ceux qui prennent soin du navire ou bien suis-je celui qui perce un trou ? »

 Adapté par Danilette

 

Commenter cet article

piroulie 08/08/2012 04:48

Excellent article !
je viens de découvrir votre blog que je rajoute immédiatement dans mes blogs amis
Merci et bravo pour ces articles intéressants et si bien écrits