Les Egyptiens mariés à des Israéliennes déchus de leur nationalité

Publié le par danilette

http://www.bbc.co.uk/french/highlights/story/2010/06/printable/100606_israel_mixtwedding.shtml

La Haute cour administrative a confirmé le 5 juin un jugement dépossédant de leur nationalité les Egyptiens mariés à une Israélienne ainsi que leurs enfants. Dans son arrêt le juge Mohammed al-Husseini demande au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour appliquer l'arrrêt de la Cour qui n'est pas susceptible de recours.

Le juge a indiqué que la décision ne s'applique pas aux Egyptiens mariés à des Arabes israéliennes.

La sécurité nationale de l'Egypte a été prise en compte, a-t-il précisé.

L'an dernier, un tribunal de première instance avait demandé au ministère de l'Intérieur d'examiner le cas d'un Egyptien marié à une Israélienne, et de leurs enfants, afin de "prendre les dispositions nécessaires pour les déchoir de leur nationalité".

Les ministères égyptiens de l'Intérieur et des Affaires étrangères avaient fait appel de ce jugement, arguant que ce genre de décision relevait du Parlement.

Me Nabil al-Wahsh, l'avocat qui a porté l'affaire devant le tribunal, avait fait valoir que "la loi sur la nationalité égyptienne met en garde contre tout mariage avec une personne considérée comme sioniste".

Il a déclaré qu'il ne fallait pas "permettre la naissance d'une génération "qui ne soit pas loyale à l'Egypte et au monde arabe".

Les enfants de ces mariages mixtes "ne doivent pas être autorisés à faire leur service militaire", selon lui.

Il a aussi affirmé que les autorités égyptiennes avaient refusé de fournir le nombre exact d'Egyptiens mariés à des Israéliennes, estimant leur nombre pour sa part aux alentours de 30.000.

"La majorité sont mariés à des Israéliennes considérées comme sionistes, et seulement 10% ont épousé une Arabe israélienne", a-t-il ajouté.

La décision du juge s'appuie sur un article de la loi sur la citoyenneté de 1976.

La révocation de citoyenneté sera soumise au cas par cas au Conseil des ministres sur proposition du ministère de l'Intérieur.

Plusieurs milliers d'Egyptiens, en particulier ceux qui vivaient en Irak et avaient dû quitter le pays lors de la guerre du Golfe de 1990, sont partis trouver du travail en Israël, où ils se sont souvent mariés.
C'est une victoire pour les conservateurs qui s'opposent à toute amélioration des relations de l'Egypte avec Israël depuis la signature d'un traité de paix en 1979.

La question des relations avec Israël reste toutefois toujours très polémique au sein de la société égyptienne.

En 2005 le Grand Sheikh de l'Université al-Azhar, Mohammed Sayyed Tantawi, récemment décédé, avait reconnu le droit au gouvernement de déchoir de sa nationalité un homme, ayant épousé une femme d'un "Etat ennemi", tout en rappelant que la religion n'interdisait pas un mariage entre un Egyptien et une Israélienne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article