Un ”Peuple palestinien ” : un mythe qui s'est imposé, Zvi Tenney

Publié le par danilette

Sur le site de Zvi Tenney

 

On se souvient du livre ”From Time Immemorial ” (Depuis la nuit des temps) , un ouvrage de Joan Peters paru en 1984, réédité une dizaine de fois et traduit récemment en hébreu.
La thèse centrale de Joan Peters, dans cet ouvrage, est que la population arabe en Palestine est essentiellement le fruit d’une immigration arabe vers ce pays durant la première moitié du 19eme siècle et par la même qu'il n'y a jamais eu de ” peuple palestinien ”. Les arabes en Palestine ne sont en fait que des immigrés venus de différents pays de la région attirés par le besoin en main d’œuvre qu’avait engendré le projet sioniste de reconstruction du pays.

Joan Peters étaie cet argument de statistiques démographiques et de comptes-rendus contemporains, qui, pour l'essentiel, n'ont été remis en cause par aucun chercheur ou historien (s'il y a eu des critiques cela a été seulement sur le plan politique par certains milieux de gauche). Ces analyses démographiques, ont d’ailleurs été authentifiées par Philip M.Hauser, un grand professeur de l'Université de Chicago.

Cet état de faits est d’ailleurs confirmé par bien d’autres témoignages d’historiens connus. Voir entre autres celui d'Hadriani Relandi, géographe et philologue hollandais dans son livre “Palestina ex monumentis veteribus illustrata” publié en 1714 où il relate sa visite d'étude en Palestine en 1695.
La réalité qu'il y a rencontré était à ses dires la suivante :”Un pays quasiment dépeuplé où la population, en majorité juive avec une minorité chrétienne, habitait les villes de Jérusalem, Akko, Safed, Jaffa, Tibériade et Gaza., les Musulmans constituant une infime minorité pour la plupart des bédouins nomades”. Lire la suite

Publié dans Arabes palestiniens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article