Une culture de la souveraineté Shmuel Trigano

Publié le par danilette

Ces jours-ci nous avons été les témoins de trois événements convergents qui, tous, portent le même message. L’important journal qu’est le New York Times a publié l’opinion d’un professeur de philosophie juif estimant que contester le droit d’exister d’un Etat juif n’a rien d’antisémite[1]. Le journal Charlie Hebdo[2] annonçait quant à lui la disparition « dans quelques années » d’Israël, qualifié « d’Atlantide en sursis » car, selon lui, « Israël se suicide à petit feu ». Enfin, Shlomo Sand, après nous avoir expliqué que le peuple juif et la Terre d’Israël n’existaient pas, a publié un livre dont le titre est tout un programme « Comment j’ai cessé d’être juif »[3].

 Le même message suinte de ces 3 discours : l’Etat juif va disparaître, doit disparaître. On se souvient à ce propos de l’opinion qui circulait il y a quelques années dans les cercles du pouvoir en France et en Europe, à savoir qu’Israël était voué à la disparition par la force des choses, le rejet du monde arabe, la démographie, la petitesse des Juifs…

 

Nous sommes ainsi fixés sur les finalités profondes de la critique d’Israël ou sur l’intention inavouée des conseils réputés amicaux sur la politique qu’il faudrait suivre.


Comment faire face à ce poison mental insidieux qui finit par pénétrer certains milieux de l’opinion juive autant qu’israélienne ? Elle a quelque chose de pathétique et rappelle que bien des Juifs, 65 ans après la création d’un Etat d’Israël, 70 ans après la Shoah, 50 ans après l’exclusion des Juifs des pays arabes, sont prêts à enfiler à nouveau les habits indignes du dhimmi ou le manteau passe muraille de l’Israélite du XIX° siècle. Mais la démission peut être aussi silencieuse quand des Juifs, des jeunes surtout, s’éloignent des réalités juives parce qu’elles deviennent trop lourdes et problématiques à porter.

 

Ne s’est-on pas suffisamment rendu compte que ce sont là des voies qui mènent inéluctablement à la destruction ? Et comment se comporter ainsi alors que la bonne nouvelle d’une souveraineté juive est parvenue à nos oreilles. Il faut croire que certains ont des yeux pour ne pas voir et des oreilles pour ne pas entendre.

 

C’est toute une éducation qui est à refaire et dans laquelle Israël ne semble pas avoir très bien réussi jusqu’à ce jour. C’est une nouvelle façon d’être un homme juif ou une femme juive qui doit nous inspirer: une façon d’assumer notre existence souveraine de sujet de l’histoire face au monde et aux autres, sans gloriole mais avec une conviction puissante et inébranlable.


En ce temps de Pessah, c’est l’entrechoc entre la génération servile de la sortie d’Egypte et celle de la liberté qui se produit. Telle est l’épreuve à laquelle nous appelle l’existence contre vents et marées d’un Etat juif qui est là pour durer n’en déplaise aux prophètes de la démission.

[1] Joseph Levine, « On questioning the Jewish State », 9 Mars 2013

[2] « Israël, l’Atlantide en sursis », 19 mars 2013, http://www.charliehebdo.fr/news/israel-atlantide-sursis-789.html

[3] Flammarion, Mars 2013.

 

*Chronique sur Radio J, du vendredi 29 mars 2013.

Publié dans Shmuel Trigano

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article