Une lettre aux Quakers, Denis MacEoin

Publié le par danilette

 


Une lettre aux Quakers

Teresa Parker

Programme du Moyen-Orient

Société des Amis

Par Denis MacEoin

Adapation française : Hanna

  Il y a plusieurs années, j’ai été très enclin à rejoindre vos rangs pour devenir un Quaker. J'ai beaucoup admiré en général ce que vous faisiez et certaines de vos croyances. Mais je suis maintenant bien heureux de ne pas être, devenu un Quaker à ce moment là, car maintenant, je craindrais devoir vous abandonner. Je me trouve souvent déçu par l'attitude Quaker en Israël, et d'autant plus compte tenu de votre récente décision de boycotter les implantations dans la Samarie et la Judée, que vous considérez comme illégales conformément à la loi internationale. C'est bien sûr, évidemment, extrêmement inexact. Il n'y a pas de position ferme dans le droit international concernant ces implantations, et les autorités oscillent d'un côté à l'autre et feront ainsi jusqu’à ce que la question soit résolue par un futur traité de paix ou un autre acte officiel. Le seul point que je voudrais faire à cet égard est que, aussi longtemps que la situation juridique reste floue, vous n'avez pas le droit de déclarer l'illégalité des implantations de peuplement, en particulier puisque vous n'êtes pas un organisme constitué dans le corps juridique ayant le pouvoir de se prononcer sur ces questions. Il y a quelque chose de tyrannique dans votre position, qui se heurte avec la croyance traditionnelle des Quakers en vertus d'humilité.

 

J'ai passé une bonne partie de la semaine écoulée à composer une lettre pour une jeune fille de 12 ans appelée Tamar Fogel, et à la distribuer aux personnes dans le monde, qui ont écrit leur soutien à la lettre et aux sentiments qu'elle exprime. La lettre sera livrée à Tamar avant la Pâque la semaine prochaine, par ses grands-parents. Même pour un écrivain professionnel comme moi, elle s'est avérée être une lettre difficile à écrire. Tamar est la plus ancienne des trois enfants survivants de la famille Fogel. En revenant de son club de jeunesse du Shabbat il y a trois semaines, elle a trouvé ses parents et trois de ses frères et  sœur assassinés dans un bain de sang. Sa mère avait été poignardée à mort, son père et deux de ses frères avaient eu la gorge tranchée, et sa sœur  âgée de 3 mois avait été décapitée dans son berceau. Le ou les criminels sont jusqu'ici restés cachés. Quand les nouvelles de cette atrocité ont été portées à la connaissance, les Palestiniens de Gaza ont distribué  des bonbons et ont dansé dans les rues de la ville de Gaza.

Le massacre de cette famille inoffensive, des résidents de l’une des implantations que vous méprisez tant, n'est que le dernier d'une longue lignée d'atrocités qui ont été menées contre des civils israéliens. Les attentats terroristes palestiniens n'ont aucune excuse, mais je n'ai jamais vu un partisan des Palestiniens marchait ou protestait contre le très grand mal qu'ils représentent. Un site web intitulé «Quakers en Israël et en Palestine» ne dit presque rien au sujet d'Israël, mais accumule une longue liste d'activités que vous avez entrepris dans les territoires palestiniens. Un site américain appelé «Quakers ayant pour préoccupation la Palestine-Israël" a une série de liens, pas un seul ne présente le point de vue israélien, mais la plupart réitèrent une position pro-palestinienne. Cela semble-t-il équilibré pour vous? Equitable? Constructif? Susceptibles d’œuvrer pour la paix? Un autre site, intitulé «Quakers en Grande-Bretagne" a une page nommée «Israël-Palestine». Il montre une photo d'une partie de la barrière de sécurité d'Israël, pour être précis une section de la barrière qui est un mur. Seulement 3% de cette barrière est un mur, le reste est une clôture. Pourquoi les Quakers ont-ils voulu montrer le mur quand la clôture aurait été plus représentative ? Correspond-il aux idéaux Quaker, d'impartialité et de justice ? La barrière a considérablement réduit les attaques terroristes en Israël de près de 90 pour cent. N’aurait-il pas été approprié de l’avoir fait connaître? Vous savez que les images de ce secteur du mur sont systématiquement utilisées par les groupes et les individus qui cherchent à diffamer Israël et qui ont dénaturé la barrière et les raisons pour laquelle elle est là. Pouvez-vous expliquer comment les idéaux Quaker se retrouvent aux côtés de ceux de groupes motivés par l'antisémitisme et la haine pour l'Etat d'Israël?

Les Palestiniens ont beaucoup contribué à aggraver leur position. Tout en comprenant leur situation, l'équité exige que nous prenions acte de leurs nombreux actes d'auto-défaite et de haine. Ils ont mené des guerres contre Israël et ont tué des milliers de personnes dans des actions terroristes. Ils continuent de le faire, et leur audace dans l'action semi-militaire se développe d'année en année. Israël a fait beaucoup pour les aider et depuis plus de 60 ans a lancé des appels dans leur direction afin d'accepter le statut juridique d'Israël et construire leur propre Etat à ses côtés. Pourtant, leurs journaux, leurs manuels scolaires, leur radio, leur télévision et leurs sermons dans les mosquées sont inondés chaque jour d’exhortations à tuer des Juifs, d’appels pour les jeunes enfants de grandir afin de devenir des kamikazes, avec des cris glaçant le sang, lançant l’appel encore une fois du jihad contre les Juifs, «  ces fils de singes et de porcs». S'exprimant en anglais, les politiciens palestiniens prêchent la paix, mais en arabe ils délivrent un message à leur peuple «Aucune capitulation» et prédisent le jour où il n'y aura plus de Juifs et plus aucun Israël. Il ne vous semble pas que les Quakers pourraient être mieux engagés dans le fait d’essayer de briser ces terribles barrières de haine et de militantisme? Mais les Quakers ont-ils le courage de le faire? Vous vous êtes fait beaucoup d'amis parmi les Palestiniens, mais moins, à ma connaissance, parmi les Juifs israéliens ou d'ailleurs, les Arabes israéliens.

Si le mouvement Quaker signifie, aux yeux des non-Quakers, quelque chose, dans la recherche de la paix. Vos efforts, s'ils sont dirigés vers cette issue, ils ont été louables. Nous tous espérons et œuvrons pour la paix. Elle est une qualité essentielle de la vie humaine civilisée pour nous tous, que nous soyons religieux ou laïques, nous devons faire des efforts en direction de la paix et la réconciliation, car sans elles la vie civilisée n'est pas possible. Je ne crois pas, cependant, que boycotter une partie dans ce conflit est propice à la paix. A travers ses larmes, la petite fille Tamar, dont j'ai parlé ci-dessus, a dit lors d’une interview qu'elle était résolue à poursuivre dans la voie tracée par ses parents. Sa famille survivante, ses grands-parents, oncles et tantes sont toutes des personnes religieuses, tout comme vous. Ils travaillent dur pour construire quelque chose qui symbolise la survie et l'endurance du peuple juif contre vents et marées. Aucun peuple dans l'histoire n’a vécu la persécution, la brutalité et le mépris comme les Juifs l’ont vécu. Nous tous avons cru, lorsque l'Holocauste a pris fin, que ses horreurs parleraient à l'humanité et marqueraient la fin de la haine des Juifs. Et pourtant, il est clair qu’aujourd'hui l'antisémitisme est aussi fort qu’auparavant, et  peut-être plus fort. La haine d'Israël est devenue un masque pour la haine des Juifs. Sinon, pourquoi l'Etat juif est exposé à cet amoncellement d’opprobre quotidien? Pourquoi les jeunes gens ordinaires marchent dans les rues en scandant «Hamas, Hamas, les Juifs au gaz»? Ce n’est pas à Berlin en 1939, mais à Londres en 2009. Ayant survécu à l'Holocauste et de retour dans leur patrie après 2000 ans, les Juifs ne vont pas céder à votre boycott ou tout autre manigance qui les ont choisis pour les punir, tout autant qu’Hitler les avait choisis.

Depuis plus de 60 ans, le peuple juif a fait tout en son pouvoir pour faire la paix avec leurs voisins. Ils ont abandonné le Sinaï et Gaza, et ils renonceront à la plupart de la Cisjordanie lorsqu’un accord raisonnable sera réalisé avec leurs ennemis. Qu'est-ce que les Palestiniens ont donné en retour? En 2000, Yasser Arafat a fui une offre lors du Sommet de Camp David qui lui a donné 97 pour cent de ce qu'il avait demandé. Il a ensuite commencé une intifada pré-planifiée, au cours de laquelle plus de 1000 Israéliens et plus de 4000 Palestiniens ont été tués. Alors que les hôpitaux israéliens continuent de traiter les Palestiniens de toutes les sortes, les Palestiniens ont offert un régime ferme de violence, des attentats-suicide à la voiture piégée, aux bombes,  à balles. Ils tirent des roquettes sur les populations civiles, ils ciblent les enfants, ils enseignent à leurs enfants à tuer. Aucune école israélienne n’enseigne la violence. Alors pourquoi les gens de paix comme vous,  préféraient boycotter les Israéliens et restent impassibles devant la violence de ces hommes? Peut-être direz-vous que vous travaillez chez les Palestiniens pour leur inculquer l'amour de la paix. Si c'est le cas, permettez-moi de vous dire avec tristesse que vos efforts n'ont pas porté leurs fruits? Au fil du temps, les Palestiniens deviennent, plus violents, et non pas moins, plus dédaigneux pour les gestes de paix, et non pas moins.

Vous avez un rôle à jouer au Moyen-Orient, mais à présent je crois que vous jouez le mauvais. Les implantations sont un sujet épineux qui sera réglé en son temps. Il est presque certain que la plupart des implantations resteront. Les Palestiniens et les Jordaniens disent qu'aucun Juif ne sera autorisé à demeurer sur le sol arabe. Pourtant, 20% de la population d'Israël est arabe. Le racisme contre la tolérance, sûrement ! Je pense que ce serait mieux si vous pouviez accepter de ne pas vous mêler des implantations, pour lesquelles vous semblez mal préparés. Travaillez avec les deux parties, par tous les moyens. Rassurez les juifs et donnez de bons conseils aux Arabes. Associez-vous aux activités telle que celle de l’ONG israélienne ’Save a Child's Heart’, celle qui offre une transplantation cardiaque aux enfants palestiniens. Beaucoup de bien peu en ressortir, et votre aide sera la bienvenue. Aller à Hébron et voyez par vous-mêmes comment la petite population juive est limitée à 3% de la ville, sous peine de mort. Une grande partie de la réconciliation est nécessaire là-bas. Visitez le Centre judéo-arabe de Givat Haviva pour la Paix, le Cercle de Parents - Forum des Familles, les quatre écoles de ‘Hand in Hand’ en Cisjordanie, et encore d‘autres. Ces projets offrent une réponse positive à l'aliénation et la peur. Le boycottage ne ‌‌fait qu'exacerber l'hostilité.

Je ne doute pas de vos motivations, de votre sincérité ni de votre engagement. Je me demande seulement si vous êtes bien informés des réalités du Moyen-Orient et si vous ne prenez pas vos informations à partir de sources contaminées. Vous devez agir avec vos propres connaissances, mais je crains que ce soit exactement ce que vous ne faites pas. Vous avez une mission pour les Palestiniens, et c'est l'essentiel. Mais je pense que vous avez également une mission envers la population des implantations de peuplement, aux enfants tels que la jeune Tamar Fogel et ses deux frères. L'horreur dont elle a été témoin ne la quittera jamais. Cependant, cela ne changera pas la détermination dont elle doit tirer parti des fondations laissées par une mère et un père affectueux. Si c’est possible, je vous demanderais de visiter quelques implantations et de vous assoir dans le silence avec les gens qui y vivent. Mais ne boycottez ni eux et ni leurs produits alimentaires qu’ils cultivent si durement.

Bien à vous, Denis MacEoin

_____________

Denis MacEoin (né en 1949, Belfast, Irlande du Nord) est un écrivain irlandais, professeur d’université, titulaire d’un doctorat en histoire de l’Islam. Il a fait une partie de ses études à Edimbourg. spécialités,  le Chiisme, le Shaykhisme, le Babisme et le Bahaisme.

Ses romans sont écrits sous les pseudonymes de Daniel Easterman et Jonathan Aycliffe

 

Publié dans Monde chrétien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article