Une théière magique !

Publié le par danilette

Voici un objet de culte, judaïca, absolument incroyable de raffinement et d'astuces, délicatement ciselé, d'une merveilleuse beauté ! Plusieurs site en ont publié les photos et s'interrogent.

Apparemment la personne qui a mis en ligne les photos déclare que "cette théière appartenait à son grand-père et daterait de l'époque de l'inquisition espagnole... "I got this from grandfather before he died. First used by hidden Jews during the inquisition, it is shaped like a teapot, but contains many secret Judaica pieces. The Hidden Synagogue"  Voici les mots de la personne qui a posté ces photos, depuis hier son article a été vu 600 000 fois
(mise à jour :  719,699 views !   il est improbable que cet objet soit aussi ancien) 

Mise à jour : UPDATE: It seems like there’s a good chance this piece is not historical.  A silversmith designer, Yossi Swed, claims that he designed this piece 20 years ago or so, and that it’s an original creation, not something used during the Inquisition, World War II, or any other time.  Cet objet aurait été créé par Yossi Sweed il y a 20 ans ! Cela n'enlève rien à sa beauté...

Dernière mise à jour : Ashley nous écrit : "A vue de nez j’estime que cette théière du plus pur style »Art Nouveau » aurait pu voir le jour à partir des années 1890 et arbitrairement je la situerais vers1920…..Je suis Française née à Paris où j’ai baigné dans les chefs d’œuvre une bonne partie de ma vie ce qui m’amène à en reconnaître un dans cette théière. C’est un objet unique qui a probablement été fabriqué par un bijoutier pour ses besoins personnels…….Un bijoutier certes mais pas n’importe lequel. Ce qui me fait penser à « l’Art Nouveau » dans cette théière : lire la suite des commentaires, lire aussi la mise à jour :  Controverse autour de la théière magique !

 

The "teapot" via popchassid.com 

 

       Quand on enlève le couvercle

Il devient un dreidel (une toupie de Hanouka)

La pièce suivante...

Une boite à épice (pour faire la Havdallah qui clôt le Shabbat)

On l'ouvre pour sentir le parfum

On la ferme

On peut lire le mot hébreu Béssamim qui signifie parfums

 

Prochaine étape

Une veilleuse, la flamme éternelle

Vue de face

Avec écrit en hébreu, "La lumière de D. est l'âme de l'homme"

En l'inclinant sur le coté, voici un autre secret...

Une Méguila ! (est-ce la Méguilat Esther ?) Le parchemin est en très bon état, de quand peut-il dater ?

 

Voi le corps du pot qui sert de boite à Etrog (pour la fête de Souccot)

 

 

On peut lire en hébreu "pri etz hadar" qui se réfère à l'Etrog (cédrat)

L'intérieur

Voici des portes bougies pour Shabbat

 

Sous les bougeoirs, on trouve

Des petits plats pour le seder de Pessah

Tout le contenu est sur la table

 Attendez !

Il y a encore un secret bien caché

Une Hanoukkia !

Avec le Shamash

 On range tous les objets...

Si vous lecteurs vous avez des infos sur cet objet, n'hésitez pas à les poster en commentaires, j'aimerais beaucoup connaître son histoire, savoir à qui il a appartenu...

Controverse autour de la théière magique !

Dernière mise à jour : 1/5 à 15:45

Publié dans Monde juif

Commenter cet article

Ashley 21/04/2013 21:21





@ Danilette,


Je suis d’accord avec vous, ce petit chef d’œuvre doit faire environ 20 cm de haut sur 6 cm dans sa partie la plus bombée (taille calculée par rapport au doigt qui apparaît sur les photos) 


Cette théière est minuscule et faite pour voyager « léger »  en emmenant le strict minimum en cas d'urgence !


Malheureusement elle n’a pas dû pouvoir remplir sa tâche car (d’après un commentaire d’un proche) le grand père qui a transmis ce bel objet à sa descendance juste avant de suivre son épouse dans
la tombe, était un rescapé d’Auschwitz ce qui exclut qu’il ait pu l’emmener avec lui.

danilette 29/04/2013 00:19



"était un rescapé d’Auschwitz ce qui exclut qu’il ait pu l’emmener avec lui", je ne comprends pas ce que vous voulez dire




olivier 20/04/2013 16:31


 


En observant la composition florale et le graphisme des fleurs, j’ai également pensé que cette création remontait à la fin XIXe - début du XXe, soit Art Nouveau. J’ai pensé à l’école de Nancy. Une datation ne serait pas si difficile,
notamment par la tracéologie (analyse fonctionnelle), très utilisée en archéologie sur l’outillage lithique. Les numismates y font également appel pour déceler des imitations. Cet objet est d’une
grande beauté et d’une extraordinaire ingéniosité, mais je doute qu’il date de l’Inquisition espagnole. Je vois plutôt une superbe fantaisie mise au point il n’y a pas si longtemps par un orfèvre
de génie. Il existe au Musée du protestantisme, à Orthez, dans le Béarn, des objets liturgiques (ils n’ont pas la beauté de cette théière) conçus pour échapper à la vigilance du pouvoir
catholique, comme des Bibles de chignons ou des calices pliables. Mais c’est une autre histoire. Quoiqu’il en soit cette création est une petite merveille et son créateur peut en être
fier. 

danilette 20/04/2013 21:11



J'ai su dès le départ que cet objet ne datait pas de l'inquisition, d'ailleurs à quoi cela leur aurait servi ? C'est une miniature de la taille d'une main humaine... Le type qui l'a mis en ligne
cherche peut-être un acheteur, qui sait ?


Merci beaucoup pour ce commentaire enrichissant, pourrais-tu expliquer en quoi consite la tracéologie ?



Ashley 19/04/2013 19:00








Ok Danillette


 


J’ajoute, que ce qui me fait penser aussi à « l’Art Nouveau » c’est que sur la photo de la « lampe vue de face », il y a comme une main de femme avec trois bracelets qui me
rappelait une position que l’on rencontre fréquemment sur les statues en ivoire qui ont connu leurs heures de gloire durant cette même période.


 


D’ailleurs Mr Yossi Sweed qui se vante d’avoir créé cet objet pourrait peut-être nous expliquer ce que représente l’anse de la théière et son symbolisme…….Car personnellement j’y vois (sur la
lampe vue de face) la main d’Esther avec trois bracelets, ensuite (vue sur le côté) une sorte de main sans doigt (comme une tulipe) qui enserre le corps stylisé de Mordéchaï qui lui plonge
jusqu’en bas dans un profonde révérence jusqu’à la Méguilat Esther que l’on déroule à cet endroit……….sa tête pourrait être en forme de boule prolongée par les cheveux et de l’autre côté il y
aurait ses mollets et ses pieds sous la main aux 3 bracelets.


 


Pour moi c’est très clair depuis le début, mais Mr Yossi Sweed devrait pouvoir nous donner les raisons de cette cassure entre le décor de l’anse qui s’extrait intentionnellement du décor floral
(fleurs et feuilles de grenadier) qui englobe toutes les parties de la théière ...sauf l'anse.

Ashley 19/04/2013 17:35








A vue de nez j’estime que cette théière du plus pur style »Art Nouveau » aurait pu voir le jour à partir des
années 1890 et arbitrairement je la situerais vers
1920…..Je suis Française née à Paris où j’ai baigné dans les chefs d’œuvre une bonne partie de ma vie ce qui m’amène à en reconnaître un dans cette théière.


 C’est un objet unique qui a probablement été fabriqué par un bijoutier pour ses besoins personnels…….Un bijoutier certes mais pas n’importe
lequel.


 Ce qui me fait penser à « l’Art Nouveau » dans cette théière :



C’est sa forme longiligne,


C’est le mariage des deux métaux (jaune + blanc) caractéristique en joaillerie durant cette période.


C’est la profusion de fleurs et de feuilles, qui bien qu’imposantes laissent une impression de légèreté dans l’ensemble.



 Je peux me tromper sur la datation, mais il est clair qu’il n’y a aucune forme d’usure sur les charnières et les fermoirs qui permettraient de
penser que cette théière aurait pu être utilisée tous les Shabbat depuis l’époque de l’Inquisition.


 Quant à Mr Yossi Sweed qui prétend avoir réalisé ce chef d’œuvre il y a 20 ans ou plus, il me fait bien rire et je le mets au défit de donner sa
composition (facilement identifiable par un test chez n’importe quel bijoutier et qui grâce à sa teneur en or pourra nous donner une indication sur son origine 9K-10K pour les pays anglo saxons
ou 18K pour la France ) et de nous dire où il aurait apposé son poinçon DE MAITRE sur cet objet comme le font tous les orfèvres depuis la nuit des temps.


Cet objet ne présentant aucune trace d’oxydation il est donc exclu qu’il puisse être en laiton qui aurait demandé un travail titanesque (mais pas impossible) pour souder tous les décors floraux
en argent.


 Par ailleurs sur la photo où il serait
inscrit  « Béssamim » il y a comme un
poinçon rectangulaire. Il faudrait regarder à la loupe (x 30) pour voir s’il y a une inscription à l’intérieur qui pourrait nous donner une indication pour la datation.


Conclusion : il y avait probablement un bijoutier dans la famille de la propriétaire de cet objet.

danilette 19/04/2013 17:37



Merci infiniment pour ces précisions, j'attends d'en savoir plus avec impatience. Je vais ajouter votre commentaire dans l'article, ok ?



benamou 18/04/2013 09:53


un objet merveilleux encore plus magique quela lampe d'aladin ,par sa beauré et son utilité indispensable à la pratique de nôtre judaisme,qui pourrait faire la même aujourd'hui ? finesse
,élégance pratique, utile MAGNIFIQUEi