UPTODATE des évènements de Tunisie sur MAI, mis à jour régulièrement

Publié le par danilette

 MediaArabe.info

Tunisie : la fin de Ben Ali. Le président se réfugie en Arabie saoudite sous conditions, laissant la Tunisie dans la confusion. A qui le tour ? Les dictateurs ne manquent pas (actualisation permanente)

Note importante à nos lecteurs : pour lire cette rubrique, il convient de l’actualiser régulièrement dans votre navigateur. Cliquez ici

samedi 15 janvier 2011 - 17h30, par Logo MédiArabe.Info

La chute du président Ben Ali, minute par minute. Il aurait fui son palais de Carthage dans un convoi de plusieurs hélicoptères vers Malte. L’Arabie l’accueille sous conditions. Le pouvoir est transféré à Mohammed Ghannouchi, puis à Foued Moubazaa qui vient de prêter serment et de charger Mohammed Ghanouchi de former un gouvernement d’union nationale.

 

Samedi 15 janvier - 21h52 Le guide libyen, Moammar Kadhafi, s’adresse actuellement au peuple tunisien à travers la télévision libyenne. Il invite les Tunisiens au calme, en leur rappelant que l’économie tunisienne se porte bien (grâce à Ben Ali) et que le changement du régime ne mérite pas les tueries qui ont eu lieu. Les Tunisiens interrogés par « Al Arabiya » dénoncent une ingérence libyenne dans leurs affaires et affirment que la chute de Ben Ali n’est pas le résultat d’une intervention française ou américaine, mais par la volonté tunisienne.

Samedi 15 janvier - 21h15 Nessma TV annonce que le frère de Leïla Trabelsi Ben Ali, Imad Trabelsi, a été tué à Tunis. Les émeutiers poursuivent le pillage des quartiers huppés de la capitale, notamment le quartier El-Wadi (Halk el-Wadi ou Ouadi),propriété des Trabelsi.

Samedi 15 janvier - 17h45 Morsel Ksibi, un opposant tunisien réfugié en Allemagne, interrogé par la télévision « Al Arabiya », accuse « le système mafieux mis en place par le système Ben Ali de terroriser la population pour détourner la révolution du Jasmin de ses objectifs ». Il met en garde contre toute tentative de récupération du succès de l’intifada, et accuse directement « un général tunisien de diriger cette politique du pire ».

Samedi 15 janvier - 17h32 Rached Ghannouchi, le chef du parti islamiste tunisien Ennahda, affirme qu’il est disposé à rentrer au pays et à participer au gouvernement d’union nationale (« Al Arabiya »).

Samedi 15 janvier - 17h24 De nombreux prisonniers détenus dans la prison de Kairouan ont pris la fuite, profitant de la confusion qui règne dans le pays (« Al Arabiya »).

Samedi 15 janvier - 17h20 Le parti islamiste tunisien, interdit sous Ben Ali, vient d’annoncer son retour dans le paysage politique tunisien, affirme à l’instant la télévision « Al Arabiya ». Mais celle-ci ne dit pas si les islamistes pourront cohabiter avec les mouvements de gauche et les syndicats, qui sont essentiellement à l’origine de la chute de Ben Ali, ou si la Tunisie s’achemine plutôt vers de nouveaux conflits idéologiques entre ces deux composantes diamétralement opposées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article